• A PROPOS D'HALLOWEEN - L'ANKOU et les betteraves en Bretagne

     

     

     

     

    L'Ankou et les betteraves en Bretagne

    Pierre-Jakez Hélias raconte ses souvenirs d'enfance, au pays Bigouden (sud-ouest de Quimper), entre les deux guerres :

    Vient une année où toutes [les échasses] du quartier sont mobilisées pour une mise en scène qui manque de faire passer sur le haut du bourg le frisson de l'an mille. Nous avons l'habitude, vers l'approche de la Toussaint, de creuser des betteraves, d'y pratiquer des trous en forme d'yeux, de nez et de bouche, d'y introduire un bout de bougie et de refermer le tout.

    Ce lampion à tête humaine, posé la nuit sur un talus ou dissimulé dans les broussailles d'un chemin creux, terrifie toujours quelques noctambules. Quelquefois aussi, on le dépose sur la fenêtre d'une vieille fille connue pour son petit courage et son esprit crédule. Quelqu'un frappe du doigt sur la vitre avant d'aller se tapir non loin de là. La vieille, qui se chauffe les membres au feu de son âtre, tourne la tête vers la fenêtre et croit voir l'Ankou, os et flamme. Elle pousse un cri terrible. Elle appelle la Sainte Vierge. La voilà qui se précipite au-dehors, affolée, pour chercher au galop on ne sait quel secours. Alors, les garnements reprennent la betterave tête-de-mort et disparaissent. Quand la vieille revient avec le plus proche voisin, il n'y a plus rien à voir. Et tout le bourg fait des gorges chaudes.

    La dernière vision de la pauvre femme donne pâture aux langues pendant quelques jours, à toutes les langues sauf quelques-unes : et si c'était vraiment l'Ankou !

     

     

    Cette fois-ci, nous décidons de corser le spectacle. Chacun de nous s'attache la tête-betterave sur la tête en chair et en os, monte sur sa paire d'échasses. Un Timen, un Le Gall ou un Le Corre qui a eu l'idée nous met les uns derrière les autres à la queue leu leu. Et nous descendons ainsi, dans la nuit noire, le sentier qui borde le champ du recteur. Tout à coup, quelqu'un entonne le Libera, les autres reprennent de leur mieux.

     

     

    Ce chœur funèbre attire sur le pas des portes les femmes intriguées qui laissent brûler leur bouillie pour savoir qui on enterre à cette heure...

    Quand elles voient s'avancer ces yeux de feu et ces bouches d'enfer à deux mètres du sol, elles éclatent en de telles clameurs que nous en sommes saisis nous-mêmes. Nous dévalons de nos échasses, perdant du même coup nos têtes-betteraves dans une avalanche de Jugement Dernier. Aucun de nous n'avouera jamais avoir participé à ce coup-là.

    Le Libera était de trop. On ne plaisante pas avec l'Autre Monde, même sur des échasses.

     

     

    À propos de l'Ankou :

    Un personnage dont on ne prononcera jamais le nom sans frémir. C'est l'Ankou, le squelette à la faux, le Trépas lui-même, le moissonneur des corps. On préfère l'appeler Lui et, dans le contexte où arrive de Lui, tout le monde comprend. Ce Lui-là est toujours vainqueur tôt ou tard. (...) [le recteur, c'est à dire le curé] n'aime pas beaucoup parler de l'Ankou.

    Un jour au catéchisme nous lui avons demandé ce qu'il est au juste. Il nous a répondu qu'il est celui qui vient nous chercher pour nous emmener dans l'autre monde.

     

    Pierre-Jakez Hélias, Le cheval d'orgueil

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Les feux follets (esprits d'Halloween)Coucher de soleil sans soleil ! »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 12 Octobre 2016 à 08:23

    Bonjour
    Mon passage
    Pour embellir ta journée
    Où les mots ne sont que douceur
    Quelques mots de bonheur
    Pour une douce journée en couleur
    Avec tendresse et amitié
    Gros bisous    ( je n'aime pas cette fête !!!)

    2
    Mercredi 12 Octobre 2016 à 08:56
    Claudine/canelle

    Coucou 

    Une legende bien interessante  , 

    Bises 

    3
    Mercredi 12 Octobre 2016 à 09:15

    Même pas peur j'aime bien l'ambiance et les légendes qui font trembler !

    Bisous et bonne journée

    MITOU

     

    4
    Mercredi 12 Octobre 2016 à 09:39

    Très intéressant ! ça donne envie de lire Le cheval d'orgueil.

    5
    lizagrece
    Mercredi 12 Octobre 2016 à 11:38

    Pas la peine de piquer les coutumes des anglos-saxons, nous avons tout en Bretgane !

    6
    Mercredi 12 Octobre 2016 à 19:34

     bonsoir

     j adore  halloween  et tout se qui s 'y rattache

     les citrouilles  aussi j 'aime et la couleur orange

     super ton article

     bonne soirée

     kénavo

    7
    Jeudi 13 Octobre 2016 à 07:33

     

     je n'aime pas cette fête  et je ne sais même pas pourquoi hihihihi  bonne journée  bises 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :