• ALICE AU PAYS DES MERVEILLES FETE SES 150 ANS

     

    Alice aux pays des merveilles est une vieille dame qui fete ses 150 ans cette année

    Un peu de reves dans ce monde de fous !

     

      Les Aventures d'Alice au pays des merveilles (titre original : Alice's Adventures in Wonderland), fréquemment abrégé en Alice au pays des merveilles, est un roman écrit en 1865 par Lewis Carroll, nom de plume de Charles Lutwidge Dodgson.

    Le livre a été traduit en français pour la première fois en 1869 par la même maison d'édition (Macmillan and Co). À l'origine, lors de sa première écriture, le livre n'était pas destiné aux enfants. L'écriture fut reprise une seconde fois pour les enfants en conservant les personnages merveilleux qui la rendaient si attrayante pour ce jeune public.

    Le roman foisonne d'allusions satiriques aux amis de l'écrivain et aux leçons que les écoliers britanniques devaient mémoriser à l'époque. Le pays des merveilles, tel qu'il est décrit dans le conte, joue sans cesse avec la logique. Le livre a connu une suite intitulée De l'autre côté du miroir. Les adaptations cinématographiques combinent souvent des éléments des deux livres.

    De nos jours, l'ouvrage reste populaire aussi bien auprès des enfants que des adultes.

    L'écrivain américain Martin Gardner a publié The Annotated Alice (non traduit en français) qui regroupe Alice au pays des merveilles et De l'autre côté du miroir accompagnés des poèmes victoriens que Lewis Carroll parodia dans le corps du texte.


     

      Historique:

    Alice Liddell photographiée en 1860 par Lewis Carroll. Le livre a été publié le 4 juillet 1865, trois ans après une promenade en barque sur l'Isis (qui coule à Oxford) effectuée par les révérends Dodgson (Carroll) et Duckworth en compagnie de trois jeunes filles: Lorina Charlotte Liddell (âgée de 13 ans, appelée Prima dans le poème d'ouverture). Alice Liddell (âgée de 10 ans, appelée Secunda dans le poème d'ouverture). Edith Liddell (âgée de 8 ans, appelée Tertia dans le poème d'ouverture).

    L'excursion commença au pont Folly près d'Oxford et finit une dizaine de kilomètres plus loin dans le village de Godstow. Durant le trajet, Dodgson raconta aux sœurs Liddell une histoire qu'il venait d'inventer. Celle-ci fut suivie plus tard par Alice's Adventures Underground et finit par devenir Alice's Adventures in Wonderland.

    En 1998, un exemplaire de la première édition a été vendu 1,5 million de dollars, ce qui est une vente record pour un livre pour enfants. Seuls vingt-deux exemplaires de la première édition de 1865 auraient survécu.

    Dix-sept d'entre eux se trouvent dans des bibliothèques et cinq chez des particuliers.

     

    Description:

    L'intrigue Alice s'ennuie auprès de sa sœur qui lit un livre (« sans images, ni dialogues ») tandis qu'elle ne fait rien. « À quoi bon un livre sans images, ni dialogues ? », se demande Alice. Mais voilà qu'un lapin blanc aux yeux roses vêtu d'une redingote avec une montre à gousset à y ranger passe près d'elle en courant. Cela ne l'étonne pas le moins du monde. Pourtant, lorsqu'elle le voit sortir une montre de sa poche et s'écrier : « Je suis en retard ! En retard ! En retard ! », elle se dit que décidément ce lapin a quelque chose de spécial. En entrant derrière lui dans son terrier, elle fait une chute presque interminable qui l'emmène dans un monde aux antipodes du sien. Elle va rencontrer une galerie de personnages retors et se trouver confrontée au paradoxe, à l'absurde et au bizarre…

    Le personnage d'Alice « Aimante comme un chien », ainsi que la décrit Lewis Carroll dans Alice à la scène, Alice est également « curieuse, extravagamment curieuse ». Ce trait de caractère en fait l’exploratrice idéale, d’autant plus que la petite fille se montre d'emblée d’une insouciance totale, s’engageant dans le terrier du Lapin sans songer un seul instant à la manière dont elle pourra en ressortir.

    Alice est aussi d’une courtoisie exemplaire, car elle veut prouver à son entourage, qui semble la considérer comme trop étourdie et rêveuse, qu'elle connaît les bonnes manières et toutes les leçons qu'elle se force à apprendre. Sa bonne éducation ne lui évite cependant pas les gaffes auxquelles la conduit sa nature spontanée : ainsi n’hésite-t-elle pas à parler de sa chatte Dinah à la Souris de la Mare de larmes…

    Alice est aussi un personnage très patient et attentif envers les êtres étranges qu'elle rencontre. Ainsi, elle s'arrête souvent pour entendre ce que chaque personnage a à lui dire : elle revient pour entendre la dernière phrase du Ver à Soie, elle écoute les chansons de Tweedledee et Tweedledum, écoute les plaintes de la Mock Turtle (Simili-Tortue ou tortue fantaisie), et essaie même de comprendre les discours illogiques du diabolique trio du Chapelier, du Lièvre de mars et du Loir…

     

    Autres personnages:

    Le Lapin blanc par John Tenniel Hors des merveilles :

    la sœur d'Alice, la chatte Dinah ou Dina (qui marque le passage entre la réalité et la fiction) ;

    Le bestiaire de la Mare de larmes :

    la Souris, le Canard, le Dodo, le Lori, l'Aiglon ; La Duchesse Natricia, la Cuisinière et le Bébé, le Valet de pied ; Le jeu de cartes : le Deux, le Cinq, le Sept, le Roi de cœur, la Reine de cœur, le Valet de cœur

    Le bestiaire du Pays des merveilles :

    le Lapin Blanc, le chat du Cheshire, Bill le lézard, la Chenille, le Pigeon, le Lièvre de mars et le Loir (associés au Chapelier), le Griffon, la Simili-Tortue et la grande maison.

     

    Le Pays des merveilles:

    Le Pays des merveilles est pour Alice terriblement dépaysant. Dès son arrivée, la petite fille se retrouve en proie à une véritable crise d'identité, en raison des métamorphoses physiques qu’elle subit, mais aussi de la perte du savoir scolaire auquel elle voudrait tant se référer pour tenter de comprendre et de rationaliser le monde étrange qui l’entoure. Ayant oublié sa poésie, elle devient par ailleurs l’agent d’une parodie de poèmes célèbres dans l’Angleterre de Carroll.

    Le pays est le lieu de la contestation, par le biais de l’absurde, d’un certain ordre établi du monde réel, notamment de l’arbitraire du langage : Humpty Dumpty, par exemple, définit comme il l’entend le mot « gloire » et met au jour la nature purement conventionnelle du lien entre signe et sens.

    Le texte est aussi une critique de la société victorienne, notamment de ses intérieurs « fonctionnels », où chaque chose doit trouver et tenir une place minimale : le Lièvre de mars et le Chapelier « rangent » le Loir dans… la théière.

    Les frères Tweedeldee et Tweedeldum contredisent sans arrêt Alice. Le chat de Cheshire se contredit.

    Le pays est aussi un lieu d’excès, où la gourmandise d’Alice est sans cesse confrontée à des choses qui se boivent ou se mangent et qui la transforment physiquement, et où la cruauté de personnages féminins comme la fameuse Reine de Cœur s’exprime sans retenue.

    Au Pays des merveilles, le temps est déréglé, au point qu’il n’y en a pas assez, comme pour le Lapin Blanc toujours pressé, ou comme le Chapelier fou, qui est condamné à vivre éternellement à l'heure du thé. On peut interpréter le pays de plusieurs façons différentes. On peut, tout d'abord, le considérer comme un monde surréaliste, coloré et ingénu.

    À l'inverse, on peut y voir un endroit cauchemardesque dans lequel Alice se retrouve prise au piège, un monde où la logique a été abandonnée au profit de la folie, peuplé de personnages ambigus et inquiétants.

    Les représentations picturales sombres et plutôt effrayantes des protagonistes exécutées par John Tenniel semblent d'ailleurs accentuer cette ambiguïté.

     

    « LA CREME BRULEE AU CHOUCHENGATEAU AUX POMMES A LA POELE »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 27 Novembre 2015 à 05:55
    On peut encore se servir de cette citation aujourd'hui  !!!!!!!!!!!!!!!!!!!  Bonne journée  bises ma belle 
    Afficher l'image d'origine
    2
    Mitou
    Vendredi 27 Novembre 2015 à 06:02

    Cette semaine je l'ai vu taillée dans la glace une pure merveille !

    gros bisous

    MITOU

    3
    Vendredi 27 Novembre 2015 à 09:05
    claudine/canelle

    Oui cela fait du bien .. merci pour la douceur de ce partage 

    Bises

    4
    Vendredi 27 Novembre 2015 à 10:07

    bonjour Annie , moi qui n'ai vu aucun dessin animée  , un jour peut être je les regarderais  lol lol  bisous beau weekend  A+   

    ps :  ma photo en travers c'est exprès !   il te faut prendre : picasa  il est super comme logiciel

    http://www.01net.com/telecharger/windows/Multimedia/albmums_et_visionneuses/fiches/45360.html 

      • Vendredi 27 Novembre 2015 à 11:46

        Merci pour l'info, ce que je n'arrive pas à comprendre, c'est pourquoi je n'ai jamais eu ce problème avant

        bonne journée !

    5
    Vendredi 27 Novembre 2015 à 10:47

    Comme c'est beau ! On retrouve notre enfance. Merci

    6
    Vendredi 27 Novembre 2015 à 11:09

    Un bel article bon vendredi bisous

    7
    Vendredi 27 Novembre 2015 à 12:19

    J'ai aimé le film de Walt Disney mais surtout le livre de Lewis Carroll. Superbe article Annie. Bises et bon jeudi !

    8
    Vendredi 27 Novembre 2015 à 16:55

    Bonjour Annie !

    C'est pas tout jeune mais cela nous enchante toujours ...

    Bises

    9
    Vendredi 27 Novembre 2015 à 17:08

    Alice au pays des merveilles a fait chaviré bien des générations et restent toujours au top des préférées !!

    Merci à toi de toutes ces recherches, c'est très instructif !!

    Bisous du cœur, il fait glacial on se demande le temps que l'on aura ce week end !

    Nicole

     

    10
    Vendredi 27 Novembre 2015 à 19:31

    j'ai beaucoup aimé le livre quand j'étais petite fille

    bonne soirée

    11
    Vendredi 27 Novembre 2015 à 20:18

    C'est vrai qu'Alice est toujours un conte merveilleux.

    Gros bisous.

    Josiane.

    12
    Samedi 28 Novembre 2015 à 07:52

    Merci de vos passages, bon week end à tous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :