• HISTOIRE DU BIKINI (70 ans du bikini)

     

                                                           

     

    Bikini (vêtement)

      Le bikini est un type de maillot de bain pour femme constitué d'un soutien-gorge très échancré et d'une culotte triangulaire réduite. Ces deux pièces sont séparées et laissent le ventre découvert (d'où son surnom de maillot de bain deux pièces). L'élément supérieur recouvre les seins. Sa forme est comparable à celle des soutiens-gorge et il peut comporter une ou plusieurs bretelles. L'élément inférieur couvre au minimum le pubis et les fesses. Sa forme est celle des petites culottes

                                                        

     

     Historique:

    Louis Réard, qui tenait la boutique de lingerie de sa mère près des Folies Bergères et avait constaté que les femmes baissaient leur maillot de bain pour mieux bronzer, inventa le bikini (1 m2 de tissu constitué d'un bandeau pour le haut et de deux triangles inversés pour le bas si bien que le nombril était dévoilé pour la toute première fois) et le présenta pour la première fois à Paris le 5 juillet 1946 à la piscine Molitor porté par Micheline Bernardini, une danseuse nue bien connue du Casino de Paris (aucune mannequin ne voulant le porter).

    les belles à la piscine Molitor à Paris

     

    Il déclara avoir choisi le nom de « Bikini » en référence à l'atoll du même nom sur lequel, cinq jours auparavant, avait eu lieu une explosion nucléaire. Il espérait que l'effet de mode de ce nouveau produit serait comparable à celui de l'explosion qui venait d'avoir lieu.

    Louis Réard déposa un brevet pour protéger sa création. Le maillot de bain deux pièces avait toutefois fait de timides apparitions depuis les années 1930-1940,.

     

    En 1932, le couturier parisien Jacques Heims avait lancé « Atome », un maillot de bain deux pièces (le maillot avait la taille d'un short qui découvrait le ventre mais ne dévoilait pas le nombril) qui remplaçait ainsi le maillot-gaine en laine tricotée, qui pesait 500 grammes lorsqu'on l'enfilait et plus de trois kilos lorsqu'on ressortait de l'eau.

    Une bataille publicitaire s'engagea (avec des slogans qui marchaient tout aussi bien en français qu'en anglais) alors en 1946 entre Réard et Heims : « Atome, le plus petit maillot de bain du monde » « Le Bikini, le maillot de bain plus petit que le plus petit maillot de bain du monde » « Le Bikini, la première bombe an-atomique ! » et Diana Vreeland de conclure que « le bikini est la chose la plus importante depuis l’invention de la bombe atomique. »

      

    Bikini romain:

    Cependant, ce vêtement était déjà connu depuis l'Antiquité : les archéologues, à partir des années 1920, ont mis au jour, dans la villa romaine du Casale en Sicile, des mosaïques représentant des femmes jouant en bikini. Le bikini, défini comme « plus petit que le plus petit des maillots du monde », a été difficilement accepté par les autorités morales et religieuses de l'époque. Pour souligner à quel point le nouveau maillot comportait peu de tissu, il était vendu contenu dans une boîte d'allumettes.

     

    Il n'obtint pas à sa création un véritable succès ; ce fut un choc culturel et le sulfureux maillot de bain fut même interdit sur certaines plages en Europe. Ainsi, au début, il fut interdit (1949) en Italie, Belgique, Espagne et France où les préfectures le prohibent sur la côte Atlantique mais l’autorisent sur la Méditerranée.

    En Espagne le bikini a été autorisé à partir de 1952, grâce à un décret signé par Pedro Zaragoza, le maire de Benidorm, et à Dom. Rodrigo Bocanegra, l'archiprêtre de Marbella, qui en discutèrent directement avec Franco, pour le convaincre que ça favoriserait le tourisme international sur les côtes espagnoles. Franco accepta et l'exemple fut suivi, peu à peu, par toute l'Espagne.

     

    Brigitte bardot et Sofia Loren

     

    C'est à partir des années 60, avec l'apparition du bikini dans plusieurs films et, surtout, avec le boom touristique, que l'utilisation du bikini devint populaire sur toutes les plages d'Espagne, de France, d'Italie et du reste de l'Europe. Seule exception, l'Allemagne, où il resta interdit dans les piscines jusque dans les années 1970.

    Il fallut attendre un second lancement au début des années 1960 pour qu'il soit adopté par les stars de cinéma et devienne synonyme de séduction et de sex-appeal, gagnant progressivement en popularité et constituant un des plus grands phénomènes de mode.

    En 1956, Brigitte Bardot le rendit populaire dans le film Et Dieu… créa la femme dans lequel elle le portait en toile vichy. Beaucoup de jeunes filles françaises voulurent l'imiter.

    Une chanson à succès lui fut même consacrée Itsy Bitsy Teenie Weenie Yellow Polka Dot Bikini de Brian Hyland (en), reprise en français par Dalida ainsi que par Brigitte Bardot et Richard Anthony : Itsy bitsy, petit Bikini.

    Les États-Unis restent frileux comme en atteste Marilyn Monroe qui défraie la chronique en 1953 en s'affichant en bikini dans Les hommes préfèrent les blondes ; on peut lire en 1957 dans le magazine Modern Girl : « Il n'est guère nécessaire de perdre son temps à parler de ce « bikini » puisqu'il est purement inconcevable qu'une fille nantie de tact et décence porte un jour une telle chose. »

    Toutefois, la même année, le Life Magazine publie une photo où Jayne Mansfield pose en bikini. En 1962, l'actrice Ursula Andress en fait un succès mondial dans le film James Bond 007 contre Dr. No (séché, son célèbre bikini blanc fut vendu aux enchères chez Christie's en 2001 pour la somme de 41 250 livres sterling).

                                                     

     

    Variantes:

    Depuis la fin du XXe siècle, ce vêtement est largement entré dans les mœurs. Il est parfois supplanté par le monokini, à l'origine une culotte avec bretelles, conçue au milieu des années 19501 et lancé au début des années 1960 par Rudi Gernreich, aujourd'hui slip de bain porté en laissant les seins découverts. D'autres variantes du bikini (en) sont apparues.

    Le maillot de bain brésilien consiste à utiliser comme bas du bikini un slip brésilien, c'est-à-dire une culotte à mi-chemin entre le slip et le string. Il est couramment porté en Amérique du Sud. On parle de microkini quand la partie inférieure est un string, appelé dans ce cas string de bain. Souvent, le mot microkini signifie que la partie supérieure couvre également beaucoup moins que dans les bikinis classiques.

     

                      

    Différentes modes se succèdent :

    trikini (maillot de bain brésilien, composé d'un haut et d'un bas reliés par une bande, une chaîne ou des anneaux),

    tankini (en) (haut débardeur appelé tank top par les Américains et bas type culotte),

    camikini (haut caraco appelé camisole top par les Américains et bas type culotte),

    seekini (bikini transparent), etc.

    Les années 1900

    Les années 1920               Entre 1940 et 50                      Entre 1950 - 60

    « Lasagne aux courgettes et aux tomatesPromenades dans les chemins du coté de chez moi (La Turballe) »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 5 Juillet 2016 à 11:48

    EH oui  en plus ils sont de plus en plus petits  hihihihi    bonne journée  big bises 

    Afficher l'image d'origine

      • Mardi 5 Juillet 2016 à 17:38

        le mien, ca fait longtemps qu'il est rangé !

    2
    Mercredi 6 Juillet 2016 à 16:57

    coucou ils en parlent en ce moment et c'est de saison dans certains pays il etait interdit je trouve que sophia loren le portait a ravir  jspr que tu va bien bonne soirée bise

    3
    Mercredi 6 Juillet 2016 à 19:31

    Superbe ton article sur la mode ... Très adapté à la chaleur actuelle

    33° au Barcarès pour cette journée du mercredi ...

    Cordiales amitiés & à +

      • Mercredi 6 Juillet 2016 à 20:45

        Chz moi, il fait très beau mais un peu moins chaud et je préfère !!!!!!! On respire !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :