• Le romarin, Rosmarinus officinalis, est un arbrisseau de la famille des Lamiacées (ou labiées), poussant à l'état sauvage sur le pourtour méditerranéen, en particulier dans les garrigues arides et rocailleuses, sur terrains calcaires.


     Il se cultive dans les jardins. Il possède de nombreuses vertus phytothérapeutiques, mais c'est aussi une herbe condimentaire et une plante mellifère (le miel de romarin est très réputé), ainsi qu'un produit fréquemment utilisé en parfumerie.
     Rosmarinus signifie en latin rosée de mer.

     Il est facilement reconnaissable en toute saison à ses feuilles persistantes sans pétiole, coriaces, beaucoup plus longues que larges, aux bords légèrement enroulés, vert sombre luisant sur le dessus, blanchâtres en dessous.


     Leur odeur, très camphrée, évoque aussi l'encens.


     La floraison commence dès le mois de février (parfois en janvier) et se poursuit jusqu'en avril-mai. La couleur des fleurs, qui se présentent en grappes assez semblables à des épis, varie du bleu pâle au violet (on trouve plus rarement la variété à fleurs blanches R. officinalis albiflorus).


     Leur calice est velu, à dents bordées de blanc. Elles portent deux étamines ayant une petite dent vers leur base. La lèvre inférieure de la corolle est profondément divisée, faisant penser au labelle de certaines orchidées. Comme pour la plupart des lamiacées, le fruit est un tétrakène (de couleur brune).



     CULTURE

     Le romarin se cultive en des lieux secs et chauds. Il se multiplie facilement au printemps ou à l'automne par bouturage, marcottage ou semis.
    Le romarin demande du soleil et n'importe quelel terre bien drainée. Il ne vit qu'un dizaine d'année et n'aime pas les froids vifs.


     Principaux constituants  * Huile essentielle (bornéol, camphène, camphre, cinéol) * Flavonoïdes (apigénine, diosmine) * Tanins * Acide rosmarinique * Diterpènes * Rosmaricine



     UTILISATIONS DIVERSES :

     CUISINEhttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/1975205577/D/TraversdePorcFumeauRomarin1.jpg
     Très facile à faire sécher, le romarin est un aromate apprécié, aux utilisations diverses.
     On l'emploie dans les ragoûts et les civets, les soupes, les marinades, sur les grillades.
     On s'en sert aussi pour parfumer des flans ou des confitures.


     Parmi les recettes assez récentes, on peut signaler celle de filets de poisson (dorade ou truite) à la crème de romarin, celle-ci est préparée en faisant infuser le romarin dans du fumet de poisson; après avoir été passée au chinois, l'infusion est mêlée à de la crème fraîche qu'on fait réduire, avant d'en napper les filets.

     Un autre type de crème au romarin est utilisé en dessert, notamment pour napper un pudding aux poires ou accompagner une assiette de fruits rouges; la crème est composée de lait, de jaunes d'œuf, de sucre et de vanille, et de romarin.

     Le romarin est un peu salé par lui-même, on doit l'employer avec parcimonie, son arôme doit rester très discret et ne pas envahir le plat auquel il est associé.


     EN BOISSON ;
     le sirop de romarin .

    On peut aussi s'en servir pour napper du fromage, ou tout simplement une salade de fruits.

     



      ROMARIN ET BARBECUE :

     Les branches de romarin parfument les aliments cuits sur le barbecue. Déposez-en quelques-unes sur les charbons ou utilisez-les comme brochettes pour les légumes. Coupez l'extrémité inférieure des tiges pour faciliter l'embrochage. Si certains légumes sont difficiles à transpercer, pratiquez une ouverture avec un gros cure-dent ou une brochette en bois avant de les enfiler sur la tige de romarin.
     Un pinceau confectionné avec quelques branches de cette herbe peut servir à badigeonner les aliments en cours de cuisson, tout en les aromatisant.

     



     PHYTOTHERAPIE :                                 



     Le romarin est réputé pour activer et faciliter les fonctions digestives, en particulier le travail de la vésicule biliaire (il est cholagogue, facilitant l'évacuation de la bile).

     Il est également antispasmodique, et son action stimulante sur le système nerveux permet de le recommander pour traiter les divers cas d'asthénie.

     On l'utilisait autrefois en compresses pour soigner les rhumatismes, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui.

     Les propriétés du romarin sont contenues dans les feuilles et les extrémités florales. Une des façons les plus simples de l'utiliser est de le prendre en infusion (ou en décoction), où ses propriétés digestives font merveille.

     On peut aussi, pour des traitements de longue durée, prendre des gélules vendues en pharmacie.

     Autre présentation :

     l'huile essentielle, utilisée soit en massages, soit dans le bain, soit par voie orale.



     PARFUMERIE :

     L'utilisation du romarin en parfumerie est très ancienne. On connaît en particulier l' eau de la Reine de Hongrie , alcoolat fréquemment utilisé au XVIIe siècle et qui pourrait dater du XIVe siècle, dont le romarin était un des principaux composants. Le nom vient de la reine Élisabeth de Hongrie, qui l'aurait utilisé en 1378 à l'âge de 78 ans ; l'eau lui aurait rendu sa fraîcheur à tel point que le roi de Pologne l'aurait demandée en mariage.

    L'essence est obtenue par la distillation des branches, de préférence en n'utilisant que les sommités fleuries. Elle contient notamment du bornéol, du cinéol (ou eucalyptol), du camphène et du pinène. Le romarin entre dans la composition de parfums surtout masculins, hespéridés aromatiques (eaux de Cologne), boisés et fougères aromatiques.




    Selon une légende, le romarin était à l'origine une plante à fleurs blanches.


     Avant de donner naissance à l'enfant Jésus, Marie, aurait déposé sa cape de couleur bleue sur un romarin planté devant l'étable. La cape aurait déteint sur l'arbrisseau et c'est ainsi que, depuis, tous les romarins fleurissent bleus. Certains voient dans cette légende une autre origine possible au nom Romarin à savoir « Rose de Marie » (l'appellation anglaise étant d'ailleurs Rosemary)...



    TISANES ET VIEUX REMEDES :http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:amYwajHR5UmPlM:http://www.kemilybio.com/images/epicerie_fine/the_bio/romon_tisane_romarin.jpg

     E n infusion le Romarin est un stimulant général, favorise la circulation cérébrale, décongestionne les voies hépatiques. Il facilite le travail de l'estomac, atténue les sensations de ballonnement et de pesanteur. Il tonifie la production de sucs gastriques. C'est en plus un tonique général qui aide à combattre la fatigue due aux digestions difficiles.

     Infusion :

     Une cuillère à café d’épines par tasse d'eau bouillante laisser infuser 10 minutes ; une tasse après chaque repas.

     Vin :

     Dans un litre de vin rouge faire macérer 200 g d’épines fraîches ou 60 g d’épines séchées. Ajouter 5 cuillères à café de sucre roux. Laisser macérer pendant 15 jours en agitant régulièrement. Filtrer et garder dans un endroit frais. Un petit verre avant les repas. (je ne sais pas si c'est très bon !)

     Compresse :

     Une poignée d’épines fraîches par litre d'eau faire bouillir 10 minutes en compresses chaudes sur les rhumatismes.

     



     L'HUILE ESSENTIELLE :http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:eB_kh9vWuGr-JM:http://www.aromabio.fr/images/prod/huiles_essentielles/pr_romarin-cineole_g.jpg


     Attention qu’il existe deux Huiles essentielles de romarin :
     - Romarin camphré (romarinus officinalis camphoriferum) qui a une action sur le cœur et sur les contractions musculaires. On dilue cette huile essentielle à 1ml pour 100 ml d’huile de jojoba pour le massage des douleurs musculaires.

     Pour les traitements de maladies cardiaques, cette huile essentielle ne peut être manipulée que sur avis médical.

     - Romarin officinal (romarinus officinalis verbenoniferum) a une action hépatique et biliaire, mais aussi expectorante et mucolytique.
     On dilue aussi cette huile essentielle à 1ml pour 100 ml d’huile de jojoba pour le massage du ventre pour les problèmes de foie. Cette même solution est aussi utilisée sur le cou et la poitrine lors d’encombrement des voies respiratoires. L’une et l’autre peuvent être vaporisée dans l’ambiance d’une pièce, pour autant que tous les protagonistes supportent les odeurs de terpène.
     La prise par voie buccale de ces huiles essentielles n’est pas recommandée.
     Leur emploi est à éviter pour bébé et la femme enceinte.


    LE SAVIEZ VOUS ?

    L'ail et l'oignon laissent sur les mains une odeur prenante et inavouable, qu'aucune eau de toilette ne peut masquer.
    En revanche, les cuisiniers provencaux savent de longue date qu'il suffit de frotter un brin de romarin frais pour s'en débarrasser.

     

    Partager via Gmail

    10 commentaires
  • LE BASILIC, une  plante très utilisée dans le midi, synonyme de soleil et de cuisine du Midi

     


                                                        

     


    Le basilic (appelé également par dévoiement "pistou") est une plante annuelle de la famille des Lamiacées (labiacées, labiées), tribu des Ocimeae, cultivée comme plante aromatique et condimentaire.
     Elle est la base du pesto, condiment emblématique de la cuisine italienne

    . * Nom scientifique : Ocimum basilicum L., famille des Lamiacées.
     * Noms communs : basilic commun, basilic romain, herbe royale, pistou.

     DESCRIPTION

     Le basilic commun est une plante annuelle de 20 à 60 cm de haut, à feuilles ovales-lancéolées, atteignant 2 à 3 cm. Les feuilles sont vert pâle à vert foncé, parfois pourpre violet chez certaines variétés. Les tiges dressées, ramifiées, ont une section carrée comme beaucoup de labiées, elles ont tendance à devenir ligneuses et touffues. Les fleurs, bilabiées, petites et blanches, ont la lèvre supérieure découpée en quatre lobes. Elles sont de petite taille et groupées en longs épis tubulaires, en forme de grappes allongées. Les graines fines, oblongues, sont noires.

     HISTOIRE :

    Le terme basilic dériverait du grec ancien βαζιλικόν / basilikón (« plante royale »), lui-même dérivé de βασιλεὐς / basileús, roi, par le bas-latin basilicum, royal, en référence à la grande estime portée à cette herbe.
     Cette plante, probablement originaire d'Iran ou d'Inde, est arrivée en Europe via le Moyen-Orient :
     en Italie et dans le sud de la France au IIe siècle, en Angleterre au XVIIe siècle, puis en Amérique avec les premiers émigrants.

     

     

     


     VARIETES ,Principales espèces :

     Ocimum minimum * Basilic à petites feuilles, au goût citronné, courant sur les marchés ; son parfum intense est parfait pour la cuisine (soupe au pistou, sauces).

     o Petit basilic o Basilic fin vert o Basilic marseillais
     o Basilic citron à feuille vert clair, presque jaune, conseillée pour éloigner les moustiques. Également nommée "pistou" dans le midi, cette espèce de basilic est un peu plus fragile (et donc un peu plus dur à cultiver) que les autres car cette espèce est plus sensible au soleil et au vent.
     * Basilic à grandes feuilles (Ocimum minimum), à l'odeur de jasmin, de réglisse et de citron, dont les feuilles peuvent atteindre jusqu'à 10 cm.
     o Grand vert
    o Basilic à feuilles de laitue, cultivar Valentino, hauteur 50 cm, compact aux très grandes feuilles vert tendre, larges et cloquées, très parfumées.
     o Basilic à feuilles frisées
    * Basilic pourpre (à feuilles pourpres et fleurs rose pâle), aux feuilles souples et décoratives, au parfum doux et un peu poivré, s'utilise pour les salades.
     * Basilic thaï, ses feuilles évoquent à la fois la menthe et le clou de girofle, et s'utilise avec les fruits de mer et dans les soupes exotiques.
     * Basilic sacré (Ocimum tenuiflorum L. ou Ocimum sanctum), une espèce cultivée près des temples bouddhistes, notamment en Thaïlande.



     CULTURE :

     La culture du basilic nécessite un climat chaud et ensoleillé, méditerranéen ou tropical.
     Il peut aussi se cultiver en pays tempérés, soit en pots ou jardinières, ou en pleine terre moyennant quelques précautions.
     La culture du basilic nécessite cinq heures d'ensoleillement quotidien ; juillet-août est la période propice pour la récolte de ses feuilles à des fins de congélation.

     Attention :
    le basilic craint le froid et ne résiste pas si la température descend en dessous de 10 °C.
     Le basilic préfère un sol frais et bien drainé et une exposition abritée. Il faut l'empêcher de monter en fleurs, donc pincer les extrémités des tiges quand les fleurs se forment.
     La multiplication se fait par semis au printemps, vers mars-avril.
     En climat tempéré, il faut le faire en serre ou dans des pots maintenus à une température de l'ordre de 20 °C.
    Le repiquage en pleine terre peut se faire lorsque le sol s'est suffisamment réchauffé et que les gelées ne sont plus à craindre, soit vers la fin mai.
     On peut le cultiver à côté d'autres plantes qui bénéficieront de sa présence :
     près des choux, des courges, des haricots, entre les pieds de tomate.

     UTILISATION :  http://media.paperblog.fr/i/221/2217118/verrine-fraicheur-aux-3-tomates-pesto-noisett-L-3.jpeg

     Pour l'alimentation  Comme herbe aromatique fraîche avec les salades, les tomates bien mûres, les courgettes, l'ail, les coquillages, les poissons (rouget), les œufs brouillés, le poulet, le lapin, le canard, les salades de crudités, les salades de riz, les pâtes et les sauces (vinaigrettes, au citron, à l'huile d'olive). Il s'utilise de préférence cru car il n'apprécie pas les cuissons longues qui atténuent son parfum.
     Pour les plats chauds il faut l'ajouter juste avant de servir pour lui conserver sa saveur vive et fraîche. Toujours pour des raisons de préservation de son arôme, il ne se mixe pas, mais se broie dans un mortier avec un pilon.

     * La soupe au pistou est la recette de soupe traditionnelle de la Provence.
     C'est une soupe que l'on déguste exclusivement l'été. Pistou provient du latin Pestare qui signifie écraser car il est indispensable d'écraser les feuilles de basilic au mortier pour bien les incorporer à la préparation. Le mot pistou désigne donc la pommade qui accompagne cette soupe et non le plant de Basilic.

     * Pesto (Ligurie):
     recette du nord-ouest de l'Italie. Pilé avec de l'huile d'olive, du pecorino (éventuellement du parmesan), des pignons et de l'ail, il donne une sauce onctueuse pour accompagner les pâtes.

     * Pistou (sud de la France) :
    c'est une recette proche du Pesto italien, mais se prépare sans les pignons, pour accompagner les soupes d'été de légumes et de haricots blancs, les pâtes, les beignets de courgette ou d'aubergine.

     * Spaghetti aux herbes
     * Velouté de basilic au parmesan.
     À noter : * Le basilic est difficile à accommoder avec d'autres herbes, hormis le persil, le thym, le serpolet, la sarriette et à la rigueur le romarin.
     * Il ne se conserve que deux jours au réfrigérateur, enveloppé serré dans un torchon ou dans du papier absorbant légèrement humide.
     * Sec il perd tout son parfum et il vaut mieux le congeler ciselé
    . * Il faut l'effeuiller avant de le ciseler car ses tiges sont parfois coriaces.
     * On peut aussi l'écraser au mortier pour faire éclater les cellules qui contiennent l'huile essentielle et mieux libérer ses arômes.
     * Le basilic se présente en brins ou en bouquets qui doivent être fermes et verts, mais il peut aussi s'acheter en pot, ce qui permet d'en disposer jusqu'à l'automne.

     Comme huile essentielle pour les préparations de parfums et de liqueurs, la plante fraîche distillée donne une essence contenant de l'eucalyptol et de l'eugénol.

     En Inde, le basilic est une plante sacrée et n'est pas utilisée dans l'alimentation.



     EN PARAPHARMACIE :

     UtTILISATION
     * Partie utilisée : feuilles et sommités fleuries
     * Propriété : Stomachique, carminatif, lactagogue, stupéfiant léger
    * Mode d'emploi :
     Infusion, poudre, essence, oenolé, cataplasme, vaporisation Sédatif, antispasmodique des voies digestives, diurétique, antimicrobien, contre l'indigestion et en tant que vermifuge. Il éloignerait les moustiques et c'est un remède contre l'héméralopie. Le basilic possèderait aussi des vertus narcotiques.

     SYMBOLIQUE :

     En Inde, le basilic est une plante sacrée déposée en offrande à Vishnou, protecteur du monde, et à Krishna, un dieu sauveur du monde.

     Durant l'Antiquité, il était considéré comme une plante royale.
     Dans certaines régions d'Afrique, le basilic est utilisé pour conjurer le mauvais sort.
     Dans l'Europe du Moyen âge, le basilic faisait partie des plantes de la sorcellerie avec la belladone et la digitale.
     Dans le Decameron, Boccace raconte qu'Élisabeth, une de ses héroïnes, enterra la tête de son amant dans un pot de basilic arrosé de ses larmes.
     Dans le langage des fleurs de l'Europe du XIXe siècle, il exprime la haine car selon la légende la plante poussait mieux si elle était injuriée en la cultivant.



     * Basilic (mythologie), pour l'animal mythologique de même nom.

    Le basilic est une créature légendaire, souvent présenté comme un reptile, mentionné dès l'antiquité greco-romaine comme étant un petit serpent au venin et au regard mortel. Durant le Moyen Âge, il fut plus souvent décrit comme un mélange de coq et de serpent et fut l'objet d'importantes superstitions, tant sur ses origines que sur ses pouvoirs d'empoisonnement et de pétrification. Le basilic apparut dans de nombreux bestiaires et des encyclopédies avant de devenir, à l'époque moderne, une créature du bestiaire de nombreux jeux de rôle.


    LE SAVIEZ VOUS ?

    Les pots de basilic (mais s'agit il du meme ?) placés aux fenetres désignaient les maisons galantes au XVI Siècle. Il passait en effet pour éloigner diverses maladies vénériennes. De nos jours, il n'a gardé, fort heureusement, qu'un role savoureux et ...plus élégant!



    IDEE GOURMANDE
    Faites un "Pistou" maison pour pimenter un plat tout simple.

    Préparez des "fusili" (sorte de macaroni) et mélangez une grosse poignée de parmesan rapé et deux bottes de basilic haché très fin.
    Maniez le tout avec de l'huile d'olive (la préparation doit rester crémeuse).
    Vous l'ajouterez au dernier moment aux pates brulantes.

    Partager via Gmail

    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique